Contemporain

La danse n’a pas échappé aux évolutions de l’ensemble des disciplines artistiques dont les frontières se sont dissoutes, et dont l’objet même a perdu son évidence. Comme les musiciens ou les plasticiens, les danseurs et les chorégraphes, dès les années soixante du XXsiècle, explorent des directions très éloignées des pratiques antérieures.

Leurs expériences, qui prennent parfois la forme de « performances » ou de «happenings», se déroulent parfois dans des lieux improbables, comme sur le mur d’un immeuble ou dans la rue. Elles trouvent souvent leur inspiration dans des démarches analogues de musiciens, plasticiens, dramaturges, ou réalisateurs de cinéma contemporains.

L’Américain Merce Cunningham (1919-2009) a influencé une grande partie de la post-modern dance. Avant lui, la danse, même moderne, était présentée sur une scène à l’italienne, structurée par un thème ou un livret, dans des décors et des costumes soutenant une narration. Cunningham a entièrement balayé cette conception : la danse a conquis une indépendance singulière : sa signification est désormais toute entière dans ce qu’indique le mouvement. Cette indépendance est totale, y compris vis-à-vis de la musique qui n’a plus de rôle structurel privilégié.

Merce Cunningham aura une très abondante postérité. Parmi les nombreux danseurs passés par son studio, beaucoup se sont ensuite engagés avec succès dans la création chorégraphique, notamment, en France, Dominique Bagouet, Angelin Preljocaj, Jean-Claude Gallotta ou Philippe Decouflé.

En France, la danse contemporaine connaîtra son principal essor dans les années 1970-1980, notamment grâce au Concours chorégraphique de Bagnolet, auquel participa Noël Cadagiani en 1990, et qui aura un rôle de catalyseur et de révélateur pour les danseurs et chorégraphes de la « Nouvelle danse française ».

 

Photos contemporain

Vidéo Nelken